• Propositions de traduction des participants

     

    Voici les propositions de traduction des 5 participants de ce mois-ci.

    N'hésitez pas à commenter ces traductions dans les commentaires en bas de page !

     

     

    Version de Philippe Brillault :

     

    Kροῖσος


    οὐ φέρομεν, ὦ Πλούτων, Μένιππον τουτονὶ τὸν κύνα παροικοῦντα· ὥστε ἢ ἐκεῖνόν ποι κατάστησον ἢ ἡμεῖς μετοικήσομεν ἐς ἕτερον τόπον.


    Πλούτων
    τί δ᾽ ὑμᾶς δεινὸν ἐργάζεται ὁμόνεκρος ὤν;


    Κροῖσος
    ἐπειδὰν ἡμεῖς οἰμώζωμεν καὶ στένωμεν ἐκείνων μεμνημένοι τῶν ἄνω, Μίδας μὲν οὑτοσὶ τοῦ χρυσίου, Σαρδανάπαλλος δὲ τῆς πολλῆς τρυφῆς, ἐγὼ δὲ Κροῖσος τῶν θησαυρῶν, ἐπιγελᾷ καὶ ἐξονειδίζει ἀνδράποδα καὶ καθάρματα ἡμᾶς ἀποκαλῶν, ἐνίοτε δὲ καὶ ᾄδων ἐπιταράττει ἡμῶν τὰς οἰμωγάς, καὶ ὅλως λυπηρός ἐστι.


    Πλούτων
    τί ταῦτά φασιν, ὦ Μένιππε;


    Μένιππος
    ἀληθῆ, ὦ Πλούτων· μισῶ γὰρ αὐτοὺς ἀγεννεῖς καὶ ὀλεθρίους ὄντας, οἷς οὐκ ἀπέχρησε βιῶναι κακῶς, ἀλλὰ καὶ ἀποθανόντες. ἔτι μέμνηνται καὶ περιέχονται τῶν ἄνω· χαίρω τοιγαροῦν ἀνιῶν αὐτούς.


    Πλούτων
    ἀλλ᾽ οὐ χρή· λυποῦνται γὰρ οὐ μικρῶν στερόμενοι.


    Μένιππος
    καὶ σὺ μωραίνεις, ὦ Πλούτων, ὁμόψηφος ὢν τοῖς τούτων στεναγμοῖς;


    Πλούτων
    οὐδαμῶς, ἀλλ᾽ οὐκ ἂν ἐθέλοιμι στασιάζειν ὑμᾶς.


    Μένιππος
    καὶ μήν, ὦ κάκιστοι Λυδῶν καὶ Φρυγῶν καὶ Ἀσσυρίων, οὕτω γινώσκετε ὡς οὐδὲ παυσομένου μου· ἔνθα γὰρ ἂν ἴητε, ἀκολουθήσω ἀνιῶν καὶ κατᾴδων καὶ καταγελῶν.

    Κροῖσος
    ταῦτα οὐχ ὕβρις;


    Μένιππος
    οὔκ, ἀλλ᾽ ἐκεῖνα ὕβρις ἦν, ἃ ὑμεῖς ἐποιεῖτε, προσκυνεῖσθαι ἀξιοῦντες καὶ ἐλευθέροις ἀνδράσιν ἐντρυφῶντες καὶ τοῦ θανάτου τὸ παράπαν οὐ μνημονεύοντες· τοιγαροῦν οἰμώξεσθε πάντων ἐκείνωνἀφῃρημένοι.


    Κροῖσος
    πολλῶν γε, ὦ θεοί, καὶ μεγάλων κτημάτων.


    Μίδας
    ὅσου μὲν ἐγὼ χρυσοῦ.


    Σαρδανάπαλλος
    ὅσης δὲ ἐγὼ τρυφῆς.


    Μένιππος
    εὖ γε, οὕτω ποιεῖτε· ὀδύρεσθε μὲν ὑμεῖς, ἐγὼ δὲ τὸ γνῶθι σαυτὸν πολλάκις συνείρων ἐπᾴσομαι ὑμῖν· πρέποι γὰρ ἂν ταῖς τοιαύταις οἰμωγαῖς ἐπᾳδόμενον

     Crésus :

     Nous ne supportons pas, ô Pluton, Ménippe, ce chien  qui loge près de nous : aussi soit tu (le) déplaces vers quelque endroit, soit nous élirons domicile dans un autre lieu.

     

    Pluton :

    En quoi s’est-il rendu terrible à vos yeux, étant votre compagnon de mort ?

     

    Crésus :

     

    Quand nous-mêmes nous nous lamentons et gémissons au souvenir des délices d’en-haut, Midas de son or, Sardanapale de ses nombreux plaisirs, et moi, Crésus, de mes trésors, il rit de nous et nous injurie, nous appelant esclaves et rebuts, et parfois, en chantant, il trouble encore plus nos plaintes et il est tout-à-fait fâcheux.

     

    Pluton :

    Que sont ces choses qu’ils disent, Ménippe ?

     

    Ménippe :


    C’est la vérité, cher Pluton, car je hais ceux qui sont misérables et de basse extraction, pour qui il ne suffit pas de vivre pitoyablement mais qui, même morts, se souviennent et s’accrochent aux choses d’en-haut : c’est pourquoi je me réjouis de les avoir chagrinés. 


    Pluton :

    Mais il ne faut pas : ils s’affligent d’être privés d’avantages non négligeables. 


    Ménippe :
    Mais toi, tu parles sottement, cher Pluton, en compatissant à ces gémissements.
     
    Pluton :
    En aucune façon, mais je ne voudrais pas vous être un motif de querelle. 


    Ménippe :
    Et donc, vous les pires des Lydiens, des Phrygiens et des Assyriens, sachez ceci à savoir que je ne m’arrêterai pas : en effet, où que vous alliez, je vous poursuivrai en vous affligeant, en vous moquant et en vous ridiculisant. 


    Crésus :
    N’est-ce pas un outrage ? 


    Ménippe :
    Non pas, mais l’outrage c’était ce que vous avez fait, vous qui prétendez être obéis et qui raillez les hommes libres et n’avez absolument pas la mort en tête : voilà pourquoi plaignez-vous d’avoir été privés de toutes ces avantages.

     
    Crésus :
    C’est-à-dire, ô dieux, de mes nombreuses et grandes possessions. 


    Midas :
    Pour ma part, certainement, de combien d’or. 


    Sardanapale :
    Et moi, de combien de plaisirs. 


    Ménippe :
    Eh bien donc, faites ainsi : lamentez-vous de votre côté ; pour ma part, en débitant souvent la formule « connais-toi toi-même », je la chanterai pour vous : il conviendrait, en effet, que des incantations soient utilisées pour de telles lamentations.


     

    Version grecque de Nicolas Souhait :

     

     

     

    Kροῖσος


    οὐ φέρομεν, ὦ Πλούτων, Μένιππον τουτονὶ τὸν κύνα παροικοῦντα· ὥστε ἢ ἐκεῖνόν ποι κατάστησον ἢ ἡμεῖς μετοικήσομεν ἐς ἕτερον τόπον.


    Πλούτων
    τί δ᾽ ὑμᾶς δεινὸν ἐργάζεται ὁμόνεκρος ὤν;


    Κροῖσος
    ἐπειδὰν ἡμεῖς οἰμώζωμεν καὶ στένωμεν ἐκείνων μεμνημένοι τῶν ἄνω, Μίδας μὲν οὑτοσὶ τοῦ χρυσίου, Σαρδανάπαλλος δὲ τῆς πολλῆς τρυφῆς, ἐγὼ δὲ Κροῖσος τῶν θησαυρῶν, ἐπιγελᾷ καὶ ἐξονειδίζει ἀνδράποδα καὶ καθάρματα ἡμᾶς ἀποκαλῶν, ἐνίοτε δὲ καὶ ᾄδων ἐπιταράττει ἡμῶν τὰς οἰμωγάς, καὶ ὅλως λυπηρός ἐστι.


    Πλούτων
    τί ταῦτά φασιν, ὦ Μένιππε;


    Μένιππος
    ἀληθῆ, ὦ Πλούτων· μισῶ γὰρ αὐτοὺς ἀγεννεῖς καὶ ὀλεθρίους ὄντας, οἷς οὐκ ἀπέχρησε βιῶναι κακῶς, ἀλλὰ καὶ ἀποθανόντες. ἔτι μέμνηνται καὶ περιέχονται τῶν ἄνω· χαίρω τοιγαροῦν ἀνιῶν αὐτούς.


    Πλούτων
    ἀλλ᾽ οὐ χρή· λυποῦνται γὰρ οὐ μικρῶν στερόμενοι.


    Μένιππος
    καὶ σὺ μωραίνεις, ὦ Πλούτων, ὁμόψηφος ὢν τοῖς τούτων στεναγμοῖς;


    Πλούτων
    οὐδαμῶς, ἀλλ᾽ οὐκ ἂν ἐθέλοιμι στασιάζειν ὑμᾶς.


    Μένιππος
    καὶ μήν, ὦ κάκιστοι Λυδῶν καὶ Φρυγῶν καὶ Ἀσσυρίων, οὕτω γινώσκετε ὡς οὐδὲ παυσομένου μου· ἔνθα γὰρ ἂν ἴητε, ἀκολουθήσω ἀνιῶν καὶ κατᾴδων καὶ καταγελῶν.

    Κροῖσος
    ταῦτα οὐχ ὕβρις;


    Μένιππος
    οὔκ, ἀλλ᾽ ἐκεῖνα ὕβρις ἦν, ἃ ὑμεῖς ἐποιεῖτε, προσκυνεῖσθαι ἀξιοῦντες καὶ ἐλευθέροις ἀνδράσιν ἐντρυφῶντες καὶ τοῦ θανάτου τὸ παράπαν οὐ μνημονεύοντες· τοιγαροῦν οἰμώξεσθε πάντων ἐκείνωνἀφῃρημένοι.


    Κροῖσος
    πολλῶν γε, ὦ θεοί, καὶ μεγάλων κτημάτων.


    Μίδας
    ὅσου μὲν ἐγὼ χρυσοῦ.


    Σαρδανάπαλλος
    ὅσης δὲ ἐγὼ τρυφῆς.


    Μένιππος
    εὖ γε, οὕτω ποιεῖτε· ὀδύρεσθε μὲν ὑμεῖς, ἐγὼ δὲ τὸ γνῶθι σαυτὸν πολλάκις συνείρων ἐπᾴσομαι ὑμῖν· πρέποι γὰρ ἂν ταῖς τοιαύταις οἰμωγαῖς ἐπᾳδόμενον

     

    Crésus

    Nous ne supportons pas, Pluton, ce chien de Ménippe, notre voisin ; donc, ou tu le mets ailleurs, ou c’est nous qui partons vers un autre endroit.

    Pluton

    Que vous a-t-il donc fait de terrible ? Il est mort comme vous !

    Crésus

    Quand nous, nous nous lamentons et nous gémissons en nous souvenant des choses de là-haut, Midas ici présent de son or, Sardanapale de ses délices nombreux, et moi, Crésus, de mes trésors, il se moque de nous, nous blâme en nous traitant d’esclaves et d’ordures, et quelquefois c’est même en chantant qu’il trouble nos lamentations ; bref, il est pénible.

    Pluton

    Que disent-ils, Ménippe ?

    Ménippe

    Ils disent vrai, Pluton ; je les déteste, eux qui sont de basse naissance, des misérables, à qui il n’a pas suffit de mener une mauvaise vie, puisque même morts, ils se souviennent et s’accrochent encore aux choses de là-haut ; voilà pourquoi je me réjouis de les tourmenter.

    Pluton

    Mais il ne faut pas ; ils sont tristes car ce n’est pas rien, ce qu’ils ont perdu.

    Ménippe

    Tu es fou aussi, Pluton : compatir à leurs gémissements ?

    Pluton

    Pas du tout, mais je ne voudrais pas que vous vous battiez.

    Ménippe

    Eh bien, vous autres, les pires des Lydiens, des Phrygiens et des Assyriens, sachez que je ne m’arrêterai même pas. Là où vous irez, je vous accompagnerai en vous tourmentant, en chantant et en me moquant.

    Crésus

    Et il n’est pas là en train de nous outrager ?

    Ménippe

    Non, l’outrage, c’est ce que vous avez fait, en estimant qu’on devait se prosterner devant vous, se railler d’hommes libres, et en ne vous souvenant pas du tout de la mort ; voilà pourquoi vous gémirez, vous qui avez été privés de tout.

    Crésus

    Ah dieux ! De nombreux biens, si grands !

    Midas

    Et moi de quelle grande quantité d’or !

    Sardanapale

    Et moi de ma vie de si grands plaisirs !

    Ménippe

    C’est bien, continuez ! Plaignez-vous, moi que je vous accompagnerai en musique, vous ressassant souvent le « connais-toi toi-même » ; il conviendrait bien à de telles plaintes, comme accompagnement !

     

     

     

     

     

     

    Version de Baudoin Chann :

     

    Kροῖσος


    οὐ φέρομεν, ὦ Πλούτων, Μένιππον τουτονὶ τὸν κύνα παροικοῦντα· ὥστε ἢ ἐκεῖνόν ποι κατάστησον ἢ ἡμεῖς μετοικήσομεν ἐς ἕτερον τόπον.


    Πλούτων
    τί δ᾽ ὑμᾶς δεινὸν ἐργάζεται ὁμόνεκρος ὤν;


    Κροῖσος
    ἐπειδὰν ἡμεῖς οἰμώζωμεν καὶ στένωμεν ἐκείνων μεμνημένοι τῶν ἄνω, Μίδας μὲν οὑτοσὶ τοῦ χρυσίου, Σαρδανάπαλλος δὲ τῆς πολλῆς τρυφῆς, ἐγὼ δὲ Κροῖσος τῶν θησαυρῶν, ἐπιγελᾷ καὶ ἐξονειδίζει ἀνδράποδα καὶ καθάρματα ἡμᾶς ἀποκαλῶν, ἐνίοτε δὲ καὶ ᾄδων ἐπιταράττει ἡμῶν τὰς οἰμωγάς, καὶ ὅλως λυπηρός ἐστι.


    Πλούτων
    τί ταῦτά φασιν, ὦ Μένιππε;


    Μένιππος
    ἀληθῆ, ὦ Πλούτων· μισῶ γὰρ αὐτοὺς ἀγεννεῖς καὶ ὀλεθρίους ὄντας, οἷς οὐκ ἀπέχρησε βιῶναι κακῶς, ἀλλὰ καὶ ἀποθανόντες. ἔτι μέμνηνται καὶ περιέχονται τῶν ἄνω· χαίρω τοιγαροῦν ἀνιῶν αὐτούς.


    Πλούτων
    ἀλλ᾽ οὐ χρή· λυποῦνται γὰρ οὐ μικρῶν στερόμενοι.


    Μένιππος
    καὶ σὺ μωραίνεις, ὦ Πλούτων, ὁμόψηφος ὢν τοῖς τούτων στεναγμοῖς;


    Πλούτων
    οὐδαμῶς, ἀλλ᾽ οὐκ ἂν ἐθέλοιμι στασιάζειν ὑμᾶς.


    Μένιππος
    καὶ μήν, ὦ κάκιστοι Λυδῶν καὶ Φρυγῶν καὶ Ἀσσυρίων, οὕτω γινώσκετε ὡς οὐδὲ παυσομένου μου· ἔνθα γὰρ ἂν ἴητε, ἀκολουθήσω ἀνιῶν καὶ κατᾴδων καὶ καταγελῶν.

    Κροῖσος
    ταῦτα οὐχ ὕβρις;


    Μένιππος
    οὔκ, ἀλλ᾽ ἐκεῖνα ὕβρις ἦν, ἃ ὑμεῖς ἐποιεῖτε, προσκυνεῖσθαι ἀξιοῦντες καὶ ἐλευθέροις ἀνδράσιν ἐντρυφῶντες καὶ τοῦ θανάτου τὸ παράπαν οὐ μνημονεύοντες· τοιγαροῦν οἰμώξεσθε πάντων ἐκείνωνἀφῃρημένοι.


    Κροῖσος
    πολλῶν γε, ὦ θεοί, καὶ μεγάλων κτημάτων.


    Μίδας
    ὅσου μὲν ἐγὼ χρυσοῦ.


    Σαρδανάπαλλος
    ὅσης δὲ ἐγὼ τρυφῆς.


    Μένιππος
    εὖ γε, οὕτω ποιεῖτε· ὀδύρεσθε μὲν ὑμεῖς, ἐγὼ δὲ τὸ γνῶθι σαυτὸν πολλάκις συνείρων ἐπᾴσομαι ὑμῖν· πρέποι γὰρ ἂν ταῖς τοιαύταις οἰμωγαῖς ἐπᾳδόμενον.

     



    Crésus:


    Nous ne supportons pas, ô Pluton, ce chien de Ménippe s'installant auprès de nous ; de sorte que soit celui-là se transportera ailleurs soit nous migrerons vers un autre endroit.


    Pluton:
    Que vous fait-il de terrible en étant un compagnon dans la mort ?


    Crésus:


    Chaque fois que nous nous lamentons et gémissons en nous rappelant les choses passées, Midas son or, Sardanapale sa vie luxueuse, et moi Crésus mes trésors, il se moque et nous fait des repproches par des injures nous appelant esclaves ou objets impurs, parfois en chantant il trouble encore plus nos lamentations, il est tout entier source de chagrin.


    Pluton:
    Pourquoi disent-ils cela ô Ménippe ?


    Ménippe:
    Toutes ces choses sont vraies ô Pluton, je les deteste car ils sont sans noblesse et miserables, il ne leur a pas suffit de mal vivre mais ayant été tués aussitôt ils se souvenaient et s'enfermaient dans les choses d'en haut ; voilà donc pourquoi je me réjouis en m'approchant d'eux.


    Pluton:
    Mais il ne faut pas ; ils sont affligés car privés de tous leurs biens.


    Ménippe :
    Tu es sot ô Pluton en étant d'accord avec leurs complaintes.


    Pluton:


    Nullement, mais je ne veux pas de dissenssions.


    Ménippe:


    Ô les plus mauvais des Lydiens des Phrygiens et des Assyriens sachez que je ne cesserai point là où vous irez je vous accompagnerai en chantant et en me moquant.


    Crésus
    Ces choses ne sont-elles pas de l'outrage ?


    Ménippe:
    Non ces choses que vous faisiez cela c'était de l'outrage. Vous croire dignes d'etre adorés et vous jouer des hommes libres et ne vous rappelant absolument pas de la mort. Voila pourquoi etant privés de toutes ces choses vous pleurez.


    Crésus:
    Assurement de mes richesses et de mes biens ô dieu.


    Midas:
    Comme de mon or.


    Sardanapale
    Et de ma décadence.


    Ménippe
    Vous faites bien comme cela, vous vous plaigniez et moi souvent je vous rappelerai le connais toi a toi-même, "BLANC" , cela conviendrait à de telle lamentation que le "connais-toi toi-même"
    vous accompagne.

     

    Version de Bernard Collet :

     

    Kροῖσος


    οὐ φέρομεν, ὦ Πλούτων, Μένιππον τουτονὶ τὸν κύνα παροικοῦντα· ὥστε ἢ ἐκεῖνόν ποι κατάστησον ἢ ἡμεῖς μετοικήσομεν ἐς ἕτερον τόπον.


    Πλούτων
    τί δ᾽ ὑμᾶς δεινὸν ἐργάζεται ὁμόνεκρος ὤν;


    Κροῖσος
    ἐπειδὰν ἡμεῖς οἰμώζωμεν καὶ στένωμεν ἐκείνων μεμνημένοι τῶν ἄνω, Μίδας μὲν οὑτοσὶ τοῦ χρυσίου, Σαρδανάπαλλος δὲ τῆς πολλῆς τρυφῆς, ἐγὼ δὲ Κροῖσος τῶν θησαυρῶν, ἐπιγελᾷ καὶ ἐξονειδίζει ἀνδράποδα καὶ καθάρματα ἡμᾶς ἀποκαλῶν, ἐνίοτε δὲ καὶ ᾄδων ἐπιταράττει ἡμῶν τὰς οἰμωγάς, καὶ ὅλως λυπηρός ἐστι.


    Πλούτων
    τί ταῦτά φασιν, ὦ Μένιππε;


    Μένιππος
    ἀληθῆ, ὦ Πλούτων· μισῶ γὰρ αὐτοὺς ἀγεννεῖς καὶ ὀλεθρίους ὄντας, οἷς οὐκ ἀπέχρησε βιῶναι κακῶς, ἀλλὰ καὶ ἀποθανόντες. ἔτι μέμνηνται καὶ περιέχονται τῶν ἄνω· χαίρω τοιγαροῦν ἀνιῶν αὐτούς.


    Πλούτων
    ἀλλ᾽ οὐ χρή· λυποῦνται γὰρ οὐ μικρῶν στερόμενοι.


    Μένιππος
    καὶ σὺ μωραίνεις, ὦ Πλούτων, ὁμόψηφος ὢν τοῖς τούτων στεναγμοῖς;


    Πλούτων
    οὐδαμῶς, ἀλλ᾽ οὐκ ἂν ἐθέλοιμι στασιάζειν ὑμᾶς.


    Μένιππος
    καὶ μήν, ὦ κάκιστοι Λυδῶν καὶ Φρυγῶν καὶ Ἀσσυρίων, οὕτω γινώσκετε ὡς οὐδὲ παυσομένου μου· ἔνθα γὰρ ἂν ἴητε, ἀκολουθήσω ἀνιῶν καὶ κατᾴδων καὶ καταγελῶν.

    Κροῖσος
    ταῦτα οὐχ ὕβρις;


    Μένιππος
    οὔκ, ἀλλ᾽ ἐκεῖνα ὕβρις ἦν, ἃ ὑμεῖς ἐποιεῖτε, προσκυνεῖσθαι ἀξιοῦντες καὶ ἐλευθέροις ἀνδράσιν ἐντρυφῶντες καὶ τοῦ θανάτου τὸ παράπαν οὐ μνημονεύοντες· τοιγαροῦν οἰμώξεσθε πάντων ἐκείνωνἀφῃρημένοι.


    Κροῖσος
    πολλῶν γε, ὦ θεοί, καὶ μεγάλων κτημάτων.


    Μίδας
    ὅσου μὲν ἐγὼ χρυσοῦ.


    Σαρδανάπαλλος
    ὅσης δὲ ἐγὼ τρυφῆς.


    Μένιππος
    εὖ γε, οὕτω ποιεῖτε· ὀδύρεσθε μὲν ὑμεῖς, ἐγὼ δὲ τὸ γνῶθι σαυτὸν πολλάκις συνείρων ἐπᾴσομαι ὑμῖν· πρέποι γὰρ ἂν ταῖς τοιαύταις οἰμωγαῖς ἐπᾳδόμενον

     

     

     

    Crésus
    Pluton, nous ne supportons pas que ce chien de Ménippe vive parmi nous : à ce point que, soit installe le quelque part, soit nous émigrerons ailleurs.


    Pluton
    Qu’est-ce qu’il vous fait de terrible ? Il est mort comme vous !


    Crésus
    Quand nous nous lamentons et nous gémissons en nous rappelant de ces choses d’en haut : Midas, lui de son or, Sardanapale de sa vie pleine de délices, et moi Crésus, de mes trésors, il se moque de nous et nous insulte en nous traitant d’esclaves et d’ordures. Et parfois en chantant il trouble encore plus nos lamentations et il est très pénible.


    Pluton
    Ménippe, pourquoi disent-ils de cela ?


    Ménippe
    C’est la vérité, Pluton, parce je déteste leurs vulgarités et leurs méprisables manières. Il ne leur suffit pas d’avoir vécu misérablement et même morts, ils se souviennent et
    s’attachent encore aux choses d’en haut. Je prends alors du plaisir à les contrarier.


    Pluton
    Mais il ne faut pas, car ils sont affligés de ne pas manquer de peu.


    Ménippe
    Mais es-tu fou, Pluton, d’être d’accord avec leurs gémissements ?


    Pluton
    Certes non, mais je ne voudrais pas que vous vous révoltiez.


    Ménippe
    Ils sont vraiment les pires des Lydiens, des Phrygiens et des Assyriens. Sachez que même si vous leur donnez une autre place, je ne cesserai pas, en quelque lieu que
    vous alliez, de les suivre pour les embêter, me moquer d’eux avec des chansons et rire d’eux.


    Crésus
    N’est-ce pas là une chose excessive ?


    Ménippe
    Mais ce que vous avez fait n’était-il point excessif : vouloir qu’on se prosterne devant vous, vous jouer des hommes libres et absolument pas vous souvenirde la mort. Voilà donc pourquoi vous vous lamenterez parce que vous êtes privé de tout cela.


    Crésus
    Ô dieux ! De nombreuses et grandes richesses.


    Midas
    Autant pour moi d’or


    Sardanapale
    Et autant pour moi de délices.


    Ménippe
    Parfaitement, c’est ce que vous faites. Plaignez-vous et moi en me rattachant sans cesse au « connais-toi toi-même » je vous accompagnerai avec des chansons qui peuvent convenir à de telles lamentations.

     

     

     

    Version de Jean-Claude Dutto :

     

    Kροῖσος


    οὐ φέρομεν, ὦ Πλούτων, Μένιππον τουτονὶ τὸν κύνα παροικοῦντα· ὥστε ἢ ἐκεῖνόν ποι κατάστησον ἢ ἡμεῖς μετοικήσομεν ἐς ἕτερον τόπον.


    Πλούτων
    τί δ᾽ ὑμᾶς δεινὸν ἐργάζεται ὁμόνεκρος ὤν;


    Κροῖσος
    ἐπειδὰν ἡμεῖς οἰμώζωμεν καὶ στένωμεν ἐκείνων μεμνημένοι τῶν ἄνω, Μίδας μὲν οὑτοσὶ τοῦ χρυσίου, Σαρδανάπαλλος δὲ τῆς πολλῆς τρυφῆς, ἐγὼ δὲ Κροῖσος τῶν θησαυρῶν, ἐπιγελᾷ καὶ ἐξονειδίζει ἀνδράποδα καὶ καθάρματα ἡμᾶς ἀποκαλῶν, ἐνίοτε δὲ καὶ ᾄδων ἐπιταράττει ἡμῶν τὰς οἰμωγάς, καὶ ὅλως λυπηρός ἐστι.


    Πλούτων
    τί ταῦτά φασιν, ὦ Μένιππε;


    Μένιππος
    ἀληθῆ, ὦ Πλούτων· μισῶ γὰρ αὐτοὺς ἀγεννεῖς καὶ ὀλεθρίους ὄντας, οἷς οὐκ ἀπέχρησε βιῶναι κακῶς, ἀλλὰ καὶ ἀποθανόντες. ἔτι μέμνηνται καὶ περιέχονται τῶν ἄνω· χαίρω τοιγαροῦν ἀνιῶν αὐτούς.


    Πλούτων
    ἀλλ᾽ οὐ χρή· λυποῦνται γὰρ οὐ μικρῶν στερόμενοι.


    Μένιππος
    καὶ σὺ μωραίνεις, ὦ Πλούτων, ὁμόψηφος ὢν τοῖς τούτων στεναγμοῖς;


    Πλούτων
    οὐδαμῶς, ἀλλ᾽ οὐκ ἂν ἐθέλοιμι στασιάζειν ὑμᾶς.


    Μένιππος
    καὶ μήν, ὦ κάκιστοι Λυδῶν καὶ Φρυγῶν καὶ Ἀσσυρίων, οὕτω γινώσκετε ὡς οὐδὲ παυσομένου μου· ἔνθα γὰρ ἂν ἴητε, ἀκολουθήσω ἀνιῶν καὶ κατᾴδων καὶ καταγελῶν.

    Κροῖσος
    ταῦτα οὐχ ὕβρις;


    Μένιππος
    οὔκ, ἀλλ᾽ ἐκεῖνα ὕβρις ἦν, ἃ ὑμεῖς ἐποιεῖτε, προσκυνεῖσθαι ἀξιοῦντες καὶ ἐλευθέροις ἀνδράσιν ἐντρυφῶντες καὶ τοῦ θανάτου τὸ παράπαν οὐ μνημονεύοντες· τοιγαροῦν οἰμώξεσθε πάντων ἐκείνωνἀφῃρημένοι.


    Κροῖσος
    πολλῶν γε, ὦ θεοί, καὶ μεγάλων κτημάτων.


    Μίδας
    ὅσου μὲν ἐγὼ χρυσοῦ.


    Σαρδανάπαλλος
    ὅσης δὲ ἐγὼ τρυφῆς.


    Μένιππος
    εὖ γε, οὕτω ποιεῖτε· ὀδύρεσθε μὲν ὑμεῖς, ἐγὼ δὲ τὸ γνῶθι σαυτὸν πολλάκις συνείρων ἐπᾴσομαι ὑμῖν· πρέποι γὰρ ἂν ταῖς τοιαύταις οἰμωγαῖς ἐπᾳδόμενον

     

     

     

     

     

    Crésus
    Pluton ! Nous ne supportons pas Ménippe, ce chien qui est notre voisin : par conséquent, soit tu le mets quelque part ailleurs, soit c’est nous qui migrons vers un autre endroit.


    Pluton
    Mais que vous fait-il de si terrible, étant donné qu’il est mort tout comme vous?
     

     

    Crésus
    Lorsque nous nous lamentons et gémissons en nous remémorant les choses d’en haut, Midas que voici, son or, Sardanapale, sa luxure phénoménale, et moi, Crésus, mes
    trésors, il se moque et nous injurie, nous traitant de prisonniers de guerre et de victimes expiatoires; parfois aussi il chante pour troubler encore plus nos lamentations et il est absolument pénible.


    Pluton
    Pourquoi tiennent-ils ce discours, Ménippe?


    Ménippe
    C’est la vérité, Pluton; car je les hais, vulgaires et misérables qu’ils sont, eux à qui il n’a pas suffi de mener une mauvaise vie, mais qui font de même dans la mort. Ils se souviennent encore des choses d’en-haut et ils y sont très attachés; voilà donc pourquoi je me réjouis de les tarabuster.

    Pluton
    Mais il ne faut pas...car ce ne sont pas de petites privations qui font qu’ils sont affligés.


    Ménippe
    Eh Pluton ! Toi aussi tu déraisonnes en t’unissant à leurs gémissements ?


    Pluton
    Absolument pas, mais je ne voudrais pas qu’il y ait de conflit entre vous…


    Ménippe
    Eh bien justement ! Oh, vous, les pires d’entre les Lydiens, les Phrygiens et les Assyriens, sachez donc bien que je ne vais pas me calmer, car où que vous alliez, je vous suivrai en vous tarabustant, en vous chansonnant et en vous raillant.


    Crésus
    Ce n’est pas de l’insolence, ça ?


    Ménippe
    Non, mais c’était de l’insolence ce que vous faisiez, de juger convenable qu’on se prosterne devant vous, de vous railler des hommes libres et de ne vous souvenir absolument pas de la mort: voilà donc pourquoi vous vous lamentez d’être privés de toutes ces choses.


    Crésus
    Oui, ô Dieux, de ces biens aussi nombreux que considérables.


    Midas
    Et moi d’une telle quantité d’or !


    Sardanapale
    Et moi d’une telle luxure !


    Ménippe
    Eh bien donc continuez d’agir ainsi; continuez à vous lamenter, et moi, en débitant souvent le “connais-toi toi-même”, je vous accompagnerai de mes chansons. Car il
    conviendrait d’accompagner de telles plaintes par des chansons.
     



     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :