• Et vous, pourquoi aimez-vous le grec ?

     

     Page d'or du grec ancien

     

                    

           Ces temps-ci, la langue grecque, comme vous ne le savez que trop, subit de nombreuses

    attaques : elle "ne sert à rien", elle "coûte trop cher", c'est une langue "pour l'élite" enseignée

    surtout par des partisans de l'extrême-droite ...

     

              

           Vous qui soutenez l'Ecole Ouverte de Grec Ancien et qui ne vous retrouvez en rien dans

    ces tristes caricatures, prenez le temps d'expliquer à tous dans les commentaires pourquoi vous

    aimez le grec et ce qu'il vous apporte !

     

     

    Cette page se veut une page de témoignage vibrant

    de notre amour du grec : 

    faites-vous plaisir !

     

                                                                                                       

     

                                                   Une page à partager et à repartager !

     

                                                                                                               L'EOGA.


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Citronnelle
    Lundi 30 Janvier à 12:36

    J'ai découvert, vraiment découvert, le grec en classe de terminale, en traduisant quelques extraits de l'Iliade. Ceux-ci étaient extrêmement brefs, constitués de six ou sept vers chacun. Pourtant, en traduisant ces six vers seulement, j'ai été touchée pour toujours par la beauté de cette langue, de son alphabet, de ces mots. Il y a tant de poésie dans les mots-mêmes du grec, dans leur composition parfois amusante, dans les articles du dictionnaire et dans ce qu'ils disent d'une autre façon de voir le monde. De ce jour, je n'ai cessé d'aller et de retourner en Grèce, et dans ces paysages et cette lumière, dans la façon d'être des gens, je retrouve toujours cet éclat qui m'a tant émue à la lecture du texte. Vive le grec, vive la Grèce, vivent les Grecs d'hier et d'aujourd'hui ! Γεια σας παιδια !

    2
    Bernard COLLET
    Lundi 30 Janvier à 13:38

    J'ai commencé à étudier le Grec Ancien à 55 ans, c'était quelque chose que je mûrissais depuis l'adolescence mais je n'avais pas le temps. 

    Les oeuvres d'Homère me fascinaient par leur beauté et l'envie me prenait de pouvoir les lire dans le texte originel.

    Un jour je suis tombé à la fnac sur la méthode assimil pour apprendre le grec Ancien, j'ai appris méthodiquement les 100 leçons au rythme

    d'une par jour. Au bout de trois mois j'ai été capable de déchiffrer les textes homériques. Cela me fut possible grâce au site internet Perseus et

    en utilisant la grammaire homérique de Pierre Chantraine. Je n'ai fait que ça pendant deux ans à raison de deux heures par jour. J'ai ainsi acquis

    beaucoup de mots du vocabulaire homérique. Ensuite j'ai approfondi mes connaissances en repartant à zéro avec l'excellent ermaion de jean victor

    vernhes. Là je me suis rendu compte que les textes homériques avaient été une très bonne école pour maitriser le grec attique, je n'ai eu aucune

    difficulté pour apprendre les 34 leçons en environ six mois. Maintenant je papillonne sur divers textes grecs qui m'intéressent. Homère bien sûr,

    c'est ma base, mais aussi Apollonios de Rhodes, Pindare, Théocrite. Et aussi le théatre avec Sophocle, Euripide et Eschyle. Je préfère les poètes aux

    philosophes. Je ne lis Platon et Lysias que sur quelques lignes, certes c'est du beau grec, mais je trouve que c'est un peu ennuyeux.

    En ce moment, outre la version du mois que je fais conscencieusement pour m'exercer à la traduction, je lis le Cyclope d'Euripide que je trouve

    très amusant. Après je verrai bien, il y a tellement de choses intéressantes à lire.

     

     

      • Lundi 30 Janvier à 15:59

        Merci pour votre témoignage ! Quelle belle histoire !

    3
    Anne Onyme
    Lundi 30 Janvier à 16:17

    Pourquoi j’aime le grec ? 

    J’aime le grec ancien , une langue souple et nuancée , beaucoup plus que ne l’est le latin .  

    J’aime le grec pour  l’ « Iliade «  et l ‘ «  Odyssée « .

    Pour les grandes tragédies d’Eschyle, Sophocle ,Euripide .

    Pour Platon et ses dialogues…

    Bref, pour tous ces beaux et grands textes qui nous ont nourris depuis des siècles , pour ces mythes, ces légendes , cette philosophie ,

    cette politique , qui font  quasiment partie de notre inconscient.

      J’aime le grec pour la Grèce , son histoire , la majesté de ses monuments et de ses paysages .

      J’aime la Grèce, au coeur de la Méditerranée . 

      Anne Onyme 

    4
    Yann Le Bohec
    Lundi 30 Janvier à 17:58

    J'aime le grec ancien, parce que c'est la plus belle langue que j'ai rencontrée dans ma vie. Elle m'a apporté beaucoup de beauté. C'est aussi parce qu'elle permet de comprendre directement, sans passer par un truchement, beaucoup d'éléments de notre héritage culturel, par exemple la philosophie de Platon, qui est très sous-estimée à l'heure actuelle. De plus, pour un historien de l'Antiquité, il est indispensable de connaître le grec    

    5
    serge saltiel
    Lundi 30 Janvier à 20:52

    J’aime d’abord le grec pour son petit côté code secret, avec cet alphabet si différent du nôtre, avec pourtant quelques ressemblances. Même les mots les plus connus prennent une saveur nouvelle.
    J ‘aime aussi le grec pour la finesse d’analyse qu’il offre à sa littérature, avec ces modèles d’ingéniosité et de malice que sont Ulysse et Platon.
    J’aime donc le grec parce qu’il nous rend plus ouverts et plus intelligents en révélant en nous la puissance et la légitimité de notre humanité, sans avoir aucun besoin de l’approbation et de la justification des dieux.

     

      • Lundi 30 Janvier à 21:08

        Message bien reçu ! Merci pour ce beau témoignage !

      • Lyc
        Jeudi 23 Mars à 00:19

         

        Je ne suis pas vraiment d’accord. Il est vrai que chacun peut trouver dans la Grèce antique ce qu’il y cherche. Dans la France laïque et républicaine on y a surtout vu le rationalisme et la démocratie mais il y aurait beaucoup à redire là-dessus. L’irrationnel tient une place bien plus importante. Quant à la démocratie...

         

         

         

    6
    Chloé Vinour
    Lundi 30 Janvier à 22:30
    Étant passionnée d'histoire des sciences j'ai découvert le grec ancien en me penchant sur l'étude des mathématiques de l'antiquité. Je me suis alors intéressé à l'histoire de l'antiquité en général et à des oeuvres comme l'Iliade ou les pièces de théâtre d'Eschyle, de Sophocle et d'Euripide qui ont renforcées mon intérêt pour le grec.
    C'est une belle langue pleine de richesses enracinée dans la langue française. La mythologie grecque est également passionnante. Et il serait dommage d'en perdre l'enseignement.
    C'est pourquoi je n'ai qu'une chose à dire : vive le grec!
    Et vive l'école ouverte de grec ancien et tous les autres sites qui ont pour noble mission de préserver un véritable trésor historique et culturel qu'est le grec ancien.
      • Samedi 4 Février à 21:20

        Avec un peu de retard, merci pour ce beau témoignage ! Vive le grec !

    7
    Kardioellinas
    Samedi 4 Février à 22:08

    J'ai découvert le grec ancien avec les mythes de l'Iliade et de l'Odyssée, du Minotaure et de Thésée, de Persée, d'Héraklès. Très tôt, et comme beaucoup, cet imaginaire a frappé le mien au point que j'en ai fait mes études, et, par un petit miracle temporaire, mon métier. Quand j'ai commencé le grec, la poésie de l'alphabet et de la langue n'ont fait qu'alimenter le premier émerveillement, mais ce n'était que les premiers pas.

    Ce qui me fascine aujourd'hui c'est de voir combien le grec permet le voyage dans le temps et dans l'espace, depuis les premiers textes mycéniens inscrits sur des tablettes d'argile cuites jusqu'aux graffiti d'Exarchia. Ce qui me fascine c'est la différence et en même temps l'unité qui se maintient depuis tout ce temps. C'est comme une pâte à modeler que les gens se passeraient de génération en génération et qu'ils façonneraient à leur goût, à chaque étape avec de légères modifications jusqu'à ce que le morceau devienne méconnaissable tout en restant lui-même. J'aime cette idée que la langue puisse être un objet qui se construit collectivement et  un intervalle de temps si long. Et c'est ce même sentiment que j'éprouve quand je lis un texte de l'Iliade, de l'Odyssée ou un texte en grec ancien : savoir que tant de gens avant moi les ont lus, les ont entendus, qu'ils en ont été touchés comme je le suis aujourd'hui, ou différemment : quel plongeon et quelle émotion de se dire qu'il existe encore quelque chose entre nous et des gens qui ont vécu il y a si longtemps !

    Vive le grec et mille merci à l'EOGA !!!!

    Χαίρετε!

      • Samedi 4 Février à 22:13

        Eh bien, merci Kardioellinas ! Un beau nom pour un belle personne, sans aucun doute !

    8
    Marie-Cécile
    Samedi 18 Mars à 12:15

    Le grec fut tout d'abord une issue de secours: je voulais absolument arrêter l'allemand en seconde. Mon père, professeur de lettres classiques, avait posé la condition de faire autre chose à la place, j'ai choisi le grec ancien par correspondance pour le côté pratique: pas de cours à suivre (donc moins d'heures de cours!) et des œuvres qui tapissaient la bibliothèque de mon père. Je l'ai fait à la Marcel Pagnol: à chaque devoir du cned que je devais envoyer, je retrouvais le texte qui correspondait dans la bibliothèque (internet n'était pas aussi développé à l'époque)... et finalement, j'y ai pris goût! En terminal, j'ai  adoré les 2 œuvres que j'avais à étudier: sur les affaires de la Chersonnèse pour le style, et Electre pour l'intensité... J'ai eu aussi la chance de rencontrer des professeurs passionnés qui ont pris sur leur temps libre pour m'aider (merci à François Giroud qui m'a aidée en terminal une heure par semaine pour le bac!) et me communiquer leur passion... La magie d'un autre alphabet, des textes qui permettent à chaque instant de réfléchir aussi sur le monde contemporain, et un goût pour le côté puzzle, ou enquête qu'impose une version... Mon regret aujourd'hui est que, sans contrainte, je n'arrive plus à prendre le temps de lire en grec directement ou de faire encore quelques versions...

    9
    Lyc
    Mercredi 22 Mars à 23:26

    Ma passion pour la Grèce antique a débuté avec l'Iliade dans un exemplaire à la couverture jaune clair et aux pages blanches des anciennes éditions Garnier qui appartenait à mon père (mais pourquoi ai-je pris ce livre, avais-je déjà un intérêt spécifique pour la Grèce, je ne me souviens pas). C'était vers l'âge de sept ans. Ce fut un véritable choc. Depuis cette passion ne m'a plus quitté ; elle touche à tous les aspects de la culture grecque ancienne : mythologie, histoire, vie quotidienne, religion, sciences, langue. J'ai cependant élargi mon intérêt initial à d'autres civilisations antiques. Mais le "langage sonore, aux douceurs souveraines, le plus beau qui soit né sur les lèvres humaines", c'est pour moi le latin et pas le grec que j'ai commencé hors contexte scolaire mais sans intérêt excessif, surtout pour ne pas rester ignorant d'une partie importante de la culture qui tient une si grande place dans ma vie. Peut-être ai-je le tort de lire le grec ancien en me servant de la prononciation restituée et pas, comme le faisait  sans doute André Chénier, de la prononciation grecque moderne nettement plus chantante...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :